Séminaire Interuniversitaire International sur la Clinique du Handicap

Comme chaque année, le SIICHLA organise son séminaire internationale portant sur la Clinique du Handicap. Le thème en 2022 portait sur “Handicap visible, Handicap Invisible”. J’ai eu l’immense opportunité de présenter mon sujet de thèse lors d’un atelier doctoral le Samedi 26 novembre 2022.

Freins et leviers au retour à domicile et à l’inclusion des personnes en situation de handicap sévère à dominante motrice : l’exemple de la région mancelle.                       

Résumé adapté en FALC

Cette recherche parle d’un sujet important mais pas encore assez étudié : comment inclure les personnes handicapées.

Nous travaillons avec une association qui aide les personnes malades ou handicapées (Pôle Régional Handicap) pour mener cette recherche.
Nous travaillons ensemble pour comprendre les besoins des personnes et utiliser la science pour les aider.

Ce projet vise à comprendre pourquoi certaines personnes qui ont des difficultés motrices importantes ont du mal à retourner vivre chez eux ou dans des endroits où elles peuvent être incluses.
Nous voulons comprendre comment les personnes se sentent quand elles doivent vivre chez elles

Les gouvernements et les lois ont changé la façon dont ils considèrent le handicap.
Ils utilisent maintenant le modèle socio-environnemental pour aider les personnes handicapées.
Mais malgré cela, les personnes handicapées ont encore du mal à vivre dans la société. Elles doivent choisir entre vivre dans un établissement ou organiser elles-mêmes leur accompagnement, ce qui est très difficile.

Les gouvernements doivent trouver des solutions pour aider les personnes handicapées à vivre comme elles le souhaitent, sans être pauvres ou dépendantes.
Tout le monde devrait pouvoir vivre comme il le souhaite tout en évitant la pauvreté et les difficultés sociales et financières.
Malheureusement, les personnes handicapées sont 70 % plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les autres.

Les personnes handicapées veulent vivre de manière autonome et indépendante, comme tout le monde (ENIL, 2020).
Mais il peut être difficile pour elles de retourner vivre chez elles en raison de problèmes tels que l’insécurité ou la solitude, comme l’ont rapporté des études comme celles de Landis (2007) et Gardou (2009).

Nous nous sommes posé des questions sur les difficultés que rencontrent les personnes ayant un handicap moteur sévère pour retourner chez elles ou vivre dans un logement inclusif. Nous avons travaillé avec des personnes ayant un handicap sévère pour comprendre les obstacles et les moyens de surmonter ces obstacles.

Nous voulons améliorer la qualité de vie des personnes handicapées, améliorer les services d’accompagnement à domicile, et améliorer les pratiques professionnelles dans le secteur de la santé et des services sociaux.
Notre projet vise à aider les personnes ayant un handicap moteur sévère à vivre de manière plus autonome et plus satisfaisante.

Nous avons utilisé une méthode de recherche mixte pour comprendre les expériences des personnes handicapées, de leurs aidants, de leurs soignants et des responsables associatifs.
Nous avons utilisé des entretiens ouverts et semi structurés pour parler à un groupe varié de personnes.
En plus de cela, nous avons également demandé aux gens de remplir des questionnaires pour évaluer leur qualité de vie, que ce soit lorsqu’ils vivent à domicile ou dans un établissement de soins.



Citer ce billet
Anne-Claire Huard (2023, 22 mars). Séminaire Interuniversitaire International sur la Clinique du Handicap. Vivre avec un handicap sévère : choisir son lieu de vie. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://phdomicile.hypotheses.org/715

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search